5/5 - (1 vote)
Vous souhaitez donner votre avis ou poser une question à propos de ce contenu ?

Notre espace commentaires est accessible à tous, sans restriction.

Dirigé par Pawo Cjpyning Dorji, L’école du bout du monde est dans les salles françaises depuis le 11 mai 2022. La production de ce long-métrage a été un exploit. Il a fallu une année de préparation en amont des deux mois de tournage pendant lesquels il arrête de neiger à Luana. Cet endroit isolé dans les montagnes du Bhoutan est accessible uniquement après huit jours de montée avec des ânes et mules comme seuls moyens de transport.

Synopsis de L’école du bout du monde

Nommé aux oscars parmi les titres étrangers, L’école du bout du monde suit un instituteur affecté dans la région la plus reculée du Bhoutan. Au départ, Ugyen Dorji manque d’enthousiasme pour son poste d’enseignant. Après un long voyage éreintant, les conditions de vie spartiates sur place mettent à l’épreuve sa persévérance. Sa première mission fut de créer une salle de classe pour les enfants de Luana. Beaucoup d’entre eux se posent des questions sur leur avenir. Il découvre le monde à travers leur professeur à la fois revêche et perspicace. 

Rapidement, le jeune maître d’école s’attache aux élèves qui apprécient le fait qu’il joue de la guitare pendant les cours. L’accueil bienveillant des habitants et la force spirituelle que la communauté ressent ont également consolidé la vocation de l’enseignant. Intitulé Luana : A yak in the classroom dans la version originale, ce film est un tableau sur le Bhoutan. Le pays a même créé un comité pour le designer comme le représentant officiel de l’État aux cérémonies des oscars. 

Une production laborieuse

L’école du bout du monde est le tout premier long-métrage de Pawo Cjpyning Dorji. Ce dernier fait ses débuts en tant que réalisateur à travers cette fresque haute en couleur racontant le quotidien d’un village perdu dans les montagnes d’Asie Centrale. Sa nomination aux oscars est une consécration. Ce fut une récompense pour un projet de tous les sacrifices, tant pour le réalisateur que pour son équipe de tournage. Le casting porté par de jeunes acteurs encore inconnus du grand mérite également un standing ovation. 

Figurants et comédiens ont contribué au succès de ce film bhoutanais. Le cinéaste met en scène deux aspects du pays. D’un côté, il y a le fonctionnaire originaire de la ville qui rêve de s’expatrier pour devenir chanteur de charme en Australie. De l’autre, les habitants de Luana souhaitent de tout cœur que la jeune génération soit instruite. C’est toute une leçon de vie qui rappelle que le bonheur réside parfois dans les choses simples.

Notre avis sur L’école du bout du monde

Premier film bhoutanais à être en lice pour les oscars, L’école du bout du monde a récolté des propos élogieux de la part des critiques. Ce long-métrage assure le dépaysement. Il fait découvrir d’autres facettes du bonheur à plus de 5000 mètres d’altitude. La dureté des traits des habitants de Luana cache une lueur d’espoir. La beauté de leurs tenues traditionnelles et le paysage pittoresque dans lequel ils vivent toute l’année donnent même envie de visiter le Bhoutan. Enfin, le yak qui n’est jamais très loin fait le charme de ce long-métrage.

Image par tap-poitiers.com

Vous souhaitez nous signaler une erreur au sein de cet article ?

Prenez le temps de nous le faire savoir en commentaires, pour que nous puissions rendre ce site le plus fiable possible.