5/5 - (1 vote)
Vous souhaitez donner votre avis ou poser une question à propos de ce contenu ?

Notre espace commentaires est accessible à tous, sans restriction.

Œuvre cinématographique de Marco Kreuzpaintner, L’affaire Collini est une adaptation d’un roman de même titre de l’auteur Ferdinand von Schirach. Ce long-métrage est projeté dans les salles sombres de l’Hexagone depuis le 27 avril 2022. Pour se glisser dans la peau d’un jeune avocat, l’acteur autrichien Elyas M’Barek a dû s’entretenir avec des professionnels du droit allemand. Le comédien découvert dans la série « Family Mix » a même visité le cours d’assise et appris le Code pénal.

Le réalisateur a déployé trois caméras simultanément sur chaque prise. Ce qui a permis d’avoir des scènes sans interruption et plusieurs angles reflétant l’ambiance d’un procès. Certaines prises durent une demi-heure et donnent de remarquables plans-séquences. Long de 2 h 3 min, ce film de manufacture allemande a déjà remporté une nomination. Elyas M’Barek partage l’affiche avec Alexandra Maria Lara, Franco Nero et Heiner Lauterbach.

Synopsis de L’affaire Collini

Ce film élucide les mobiles de Fabrizio Collini pour le meurtre du respectable industriel Hans Meyer. Son avocat relève le défi de défendre un accusé cloîtré dans le silence. Membre du barreau depuis trois mois, Caspar Leinen déterre un scandale juridique remontant au temps des nazis. Plus d’un demi-siècle après la Seconde Guerre mondiale, il apprend que certains criminels ont échappé à la justice et ont même réintégré leur place parmi l’élite dans la reconstruction du pays. 

L’histoire commence par l’assassinat du capitaine d’industrie et octogénaire respecté par ses pairs dans un hôtel. Le mutisme de l’ouvrier d’origine italienne accusé de ce crime conduit son avocat commis d’office à mener l’enquête auprès de ses proches. Son entretien avec le grand-père du meilleur ami du présumé coupable lève le voile sur un lourd secret auquel personne ne souhaite s’impliquer. En défendant un meurtrier, il appelle à reconsidérer le passé des membres de la haute société allemande. 

L’origine de L’affaire Collini

Le film de procès s’inspire du roman Der Fall Collini de Ferdinand von Schirach, paru en 2011. Sa crédibilité vient en partie d’un récit teinté de faits historiques. Cet auteur est lui-même avocat au barreau et petit-fils de nazi condamné au procès de Nuremberg. Dans un style narratif qui lui est propre, il interpelle sur la manière avec laquelle l’Allemagne Fédérale s’est organisée pour éviter à certains criminels de guerre de comparaître en justice. D’ailleurs, cet œuvre a suscité de nombreuses réactions de la part de la jeune génération au pays de Goethe.

Le déroulement est situé au début des années 2000, mais l’enquête du principal protagoniste replonge dans un lointain passé enseveli su le poids de l’oubli. La version allemande de cette fiction est sortie en Allemagne en 2019. Distribué par Constantin Film et ARP sélection, ce long-métrage comptabilise quelque 807 513 entrées au box-office d’outre-Rhin. Le public francophone a réservé un accueil tiède à ce film. Les critiques restent mitigés avec une note moyenne de 3/5. Les grands médias français n’ont pas été tendres dans leurs jugements.  

Notre avis sur L’affaire Collini

En 123 minutes, le public est maintenu en haleine avec des rebondissements inattendus. Le rythme varié et des images hautes en couleur sous la houlette du photographe polonais Jakub Bejnarowicz donnent vie à histoire qui pourrait bien être vraie. Le face-à-face entre deux avocats fermement campés sur leurs positions respectives reprend fidèlement les codes du thriller juridique. C’est une énième mise en scène de l’affrontement entre un avocat fraîchement diplômé et un vétéran du barreau.

La tension entre Richard Mattinger et Caspar Leinen fait le charme de ce film. L’un veut juste que la sentence tombe sur Collini, alors que l’autre souhaite mettre en lumière ses motivations profondes. L’acteur principal montre par son jeu qu’il s’est longuement préparé pour incarner son personnage. Quoi qu’il en soit, c’est du cinéma allemand classique avec peu d’émotivité et beaucoup de profondeur. À condition de ne pas connaître à l’avance le dénouement, ce film peut devenir particulièrement captivant.

Image par InfoDuJour.fr

Vous souhaitez nous signaler une erreur au sein de cet article ?

Prenez le temps de nous le faire savoir en commentaires, pour que nous puissions rendre ce site le plus fiable possible.