Bâtiment 5

Après le succès de Les Misérables (2019), Ladj Ly revient avec un nouveau film intitulé Bâtiment 5, également connu sous le nom de « Les Indésirables ». Ce long métrage dramatique, sorti le 6 décembre 2023, veut susciter le même enthousiasme que son prédécesseur. Le réalisateur persiste dans sa démarche en présentant un film engagé, moins percutant que le précédent, mais tout aussi ancré dans l’actualité.

Entre fractures sociales, banlieue et positions politiques, Ladj Ly joue avec le septième art. Mais la réussite est-elle au rendez-vous ? Les stéréotypes sont-ils évités ? Voici notre critique complète.

BATIMENT 5 | Bande-annonceBATIMENT 5 | Bande-annonce

Le synopsis

La commune de Montivilliers est sur le point de devenir le théâtre d’une lutte dramatique. Haby Keita, une jeune femme d’origine malienne, voit le quartier de son enfance menacé de destruction. Le nouveau maire de la ville prévoit une rénovation urbaine impliquant la démolition du Bâtiment 5, berceau de l’enfance d’Haby.

Pour empêcher que cela ne se produise, la jeune femme décide de s’engager en politique. Débute alors le récit d’une tension qui prend des proportions bien sombres…

Le casting

Bâtiment 5 présente une fiche technique bien ficelée. Nous retrouvons Ladj Ly à la réalisation et la co-écriture du scénario avec le scénariste et réalisateur Giordano Gederlini.

Au niveau de la distribution, le rôle de Haby Keita est interprété par Anta Diaw, qui donne la réplique à Alexis Manenti dans le rôle de Pierre Forges, le nouveau maire. À leurs côtés se trouvent Steve Tientcheu, Aristote Luyindula, Aurelia Petit ou encore Jeanne Balibar.

Notre avis sur Bâtiment 5

Bâtiment 5 a été présenté en exclusivité à la 48e édition du Festival international du film de Toronto 2023. La critique était particulièrement attentive à ce deuxième long-métrage après Les Misérables, qui a suscité de vives réactions. 

De notre côté, nous avons découvert Bâtiment 5 avec enthousiasme et avons noté plusieurs éléments qui méritent d’être soulignés.

Les atouts 

Nous avons été agréablement surpris de voir que le film ne glisse pas beaucoup dans le manichéen. Avec un équilibre délicat, il offre une vision relativement nuancée. La morale présente tout au long du film s’installe sans jugement, même si une vision particulière est mise en avant, reflétant l’engagement du réalisateur.

Ladj Ly présente un récit à l’écriture précise et au rythme qui gagne en intensité au fil de l’œuvre. Outre sa trame bien rodée, le film se distingue par une interprétation remarquable. Les acteurs portent l’œuvre haut la main, notamment Alexis Manenti, véritable moteur, et Anta Diaw, magistrale dans son rôle.

Les faiblesses

Le film présente quelques fausses notes, surtout dans sa conclusion et dans le traitement de la thèse sociale présentée en filigrane. La conclusion peine à se dégager dans le scénario, ce qui amène un sentiment évasif, presque incohérent. 

Les problématiques sont bien abordées, mais la présence de certains personnages, comme Blaz, ami de Haby, frôle parfois le « too much », sabotant le film par moments.

Conclusion

Notre conclusion, sans y aller par quatre chemins, est que Bâtiment 5 mérite d’être vu. Ladj Ly aborde un sujet brûlant d’actualité et le porte à l’écran avec conviction. La présence de petites faiblesses n’est pas étonnante compte tenu de la sensibilité de la thématique, bien que certaines auraient pu être évitées. En somme, Bâtiment 5 se présente comme un nouveau volet de Les Misérables, un film engagé, sombre, mais lumineux à la fois.

Image à la une : bande-annonce officielle.

Nous suivre sur Google ActualitésCommenter cet article
5/5 – (1 vote)

Date de publication :

Catégorie :

,

Auteur / Autrice :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *