le monde apres nous critique

Le monde après nous

Le monde après nous fait partie de ces films qui cochent toutes les cases pour captiver les foules. Avec Sam Esmail, le créateur du célèbre Mr. Robot et avec un casting de rêve où on retrouve Julia Roberts, Mahershala Ali et Ethan Hawke, Le monde après nous a tout pour conquérir les cinéphiles.

Sorti sur Netflix, le film est produit par Higher Ground Production, la société de production de l’ancien couple présidentiel Obama. Mais puisque sur le papier Le monde après nous à tout pour gagner ses galons, qu’en est-il du résultat final ? Voici notre critique.

Le Monde après nous | Bande-annonce finale VF | Netflix FranceLe Monde après nous | Bande-annonce finale VF | Netflix France

Le synopsis

Amanda Sandford en a marre des gens. C’est à la dernière minute qu’elle loue une magnifique villa dans une ville balnéaire pour passer les vacances avec son mari Scott et leurs deux enfants. Famille relativement aisée, ceux-ci pensent passer des vacances de rêves, avant que des phénomènes étranges s’en mêlent. La télévision ne fonctionne plus, suivie par le wifi qui se coupe.

Dans cette situation qu’ils ne comprennent pas, les ennuis commencent lorsque deux étrangers -un père et sa fille- sonnent à la porte, et prétendent être les propriétaires de la villa. Ces derniers veulent se réfugier dans la maison, alors qu’une panne de courant générale a frappé la région et coupé les routes.

Une cohabitation sur fond de méfiance commence, et le vernis de civilité s’écaille à mesure que la situation empire…

Le casting

Là où Le monde après nous se démarque, c’est dans un casting tiré au cordeau. Nous retrouvons à l’affiche Julia Roberts, dans le rôle d’Amanda Sandfort, une publicitaire sur les nerfs et méfiante. Mahershala Ali prend le rôle de G.H Scott, propriétaire de la villa, Ethan Hawke celui de Clay Sandford et Myha’la Herrold incarne Ruth, la fille de G.H Scott. Farrah Mackenzie et Charlie Evans jouent respectivement Rose et Archie Sandford.

Notre avis sur Le monde après nous

À la fois captivant et dérangeant, Le monde après nous est un parfait miroir de la société américaine actuelle. Ce film met en lumière les craintes, les peurs et les défauts souvent cachés derrière une apparence trop parfaite pour être vraie. 

Les atouts

Un film qui dépeint les travers de la société

Le monde après nous reflète le désir du réalisateur de dépeindre un monde vrai, sans maquillage et faux semblants. Esmail utilise la survie pour faire ressortir tout ce que l’humain cache au fond de lui, et nous mettre en face de cette réalité.

Racisme, peurs, égoïsme, si ces défauts sont mis en lumière, ils sont aussi étudiés pour les surmonter. Un moyen de pousser les spectateurs à la réflexion et l’introspection de leurs propres défauts.

Des héros anti-héros 

Lorsqu’il s’agit de films apocalyptiques, on a tendance à dépeindre les héros comme le dernier espoir de la civilisation. Pourtant, ces personnages n’ont rien d’héroïque. Affreusement méfiante et égoïste, Amanda cherche à protéger sa famille avant tout.

En plein cœur de la crise, la question se pose : les deux familles vont-elles lutter l’une contre l’autre, ou s’entraider ? 

Les faiblesses

Mais comme tout film, Le monde après nous possède également quelques points qui auraient pu être améliorés. 

Une seconde partie en demi-teinte 

Si la première moitié de Le monde après nous commence avec un scénario original, des personnages un peu trop réalistes et une angoisse en trame de fond, la seconde moitié du film nous laisse un peu sur notre faim.

L’angoisse et la méfiance qu’on ressent au début de la cohabitation entre ceux qui possèdent la maison et ceux qui la louent finit par avoir un arrière-goût d’exagération. Un peu comme si le réalisateur voulait forcer l’ambiance angoissante de ce huis-clos.

Si l’intrigue instaure un suspens intéressant, la fin aurait mérité un travail supplémentaire, pour la rendre légèrement moins classique. 

Conclusion

Si la société ne tient qu’à un fil, Sam Esmail a décidé de le rompre. Ce film se place comme un thriller psychologique et apocalyptique, brisant le bel enduit de la société pour mettre en lumière des humains dans leurs forces, mais aussi leurs faiblesses.

Image à la une : bande-annonce officielle.

5/5 – (1 vote)

Date de publication :

Catégorie :

,

Auteur / Autrice :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *